Freelance: travailler sa visibilité digitale pour trouver des missions - Portalia
Conseils d'expert

Comment améliorer votre visibilité digitale pour trouver des missions ?

Faites-vous « chasser » par les recruteurs. La « Recruitment Team » Portalia vous confie quelques secrets pour rendre votre profil plus attractif. […]

Lire la suite…

En tant qu’indépendant, la recherche de nouvelles missions est une tâche récurrente dans l’organisation de votre activité. En complément des centaines d’offres auxquelles vous postulerez, pourquoi ne pas vous ouvrir les portes du marché caché ?
Faites-vous « chasser » par les recruteurs. La « Recruitment Team » Portalia vous confie quelques secrets pour rendre votre profil plus attractif et trouver vos prochaines missions.

Bien choisir vos mots-clés

Avez-vous déjà entendu parler de la stratégie booléenne ? Il s’agit d’une technique qui permet aux recruteurs de cibler des candidats à partir de critères de sélection prédéfinis.
Les opérateurs booléens sont des mots-clés utilisés pour cibler, étendre ou réduire des résultats de recherche sur internet. Ainsi, lorsqu’un recruteur lance une requête sur Google, un job board ou LinkedIn, ce sont ces expressions qu’il va employer pour trouver les profils répondant à son besoin. Vous aurez beau avoir les compétences nécessaires, si vous ne savez pas les mettre correctement en valeur, vous risquez de passer à côté de belles opportunités.
Voici les principaux éléments qui doivent vous permettre d’améliorer votre visibilité et de faire la différence par rapport à vos concurrents :

  • Intitulés de poste ;
  • Compétences techniques ;
  • Logiciels, applications et langages techniques maîtrisés ;
  • Localisation (n’hésitez pas à préciser si vous êtes mobile et sur quelles zones).

N’oubliez pas de mettre à jour vos mots-clés. Le vocabulaire évolue parfois très vite, c’est notamment le cas pour les métiers du digital. Même si les compétences restent les mêmes, une expression datée ne donnera pas une image moderne à votre CV, sans compter que si votre recruteur est jeune, il ne pensera peut-être pas à l’intégrer dans ses opérateurs booléens.

Attention, un recruteur prend généralement 5-10 secondes pour lire un CV.
Si c’est trop long et trop détaillé, il perdra l’intérêt. L’objectif est de choisir « the best key word » et être synthétique

Indiquer que vous êtes disponible

Même lorsque vous n’êtes pas forcément en recherche active, laissez la porte ouverte à un échange vous rendra plus désirable auprès des chasseurs de têtes.

Sur les job boards, cela se traduit souvent par une case à cocher pour indiquer que vous êtes ouvert aux opportunités du marché.

Sur LinkedIn, les hashtags recrutement se sont généralisés, aussi bien du côté des candidats que des recruteurs. De votre côté, vous pouvez activer la fonctionnalité #OpenToWork qui vous rendra davantage visible des recruteurs dans les recherches qu’ils effectueront sur la plateforme. LinkedIn a eu l’idée de permettre d’annoncer au grand public que l’on est en recherche de mission avec le badge OpenToWork qui vient entourer la photo de profil.
Nous sommes dubitatifs quant à l’efficacité de cette fonction. Niveau discrétion vis-à-vis de vos clients actuels, on peut mieux faire (encore pire si vous êtes toujours salarié) !

Une autre stratégie que vous pouvez mettre en place est de vous rapprocher des entreprises ayant indiqué la fonctionnalité #Hiring. Pour répondre directement à une annonce ou simplement suivre, liker les actualités de l’entreprise et vous rendre visible.

Travailler votre « Personal Branding »

Vous avez passé le filtre mathématique, félicitations ! Mais maintenant, le recruteur veut savoir qui vous êtes. À vous de faire passer les messages que vous souhaitez, à votre façon. 

La biographie est trop souvent bâclée sur les CV ou les réseaux sociaux alors que c’est la première chose qu’un recruteur découvrira de votre personnalité. La rédiger à la va-vite, c’est un peu comme si vous arriviez en entretien avec la chemise à moitié boutonnée ou un vêtement tout froissé.

De même, votre e-réputation ne se limite pas aux plateformes professionnelles.
Il vous faudra soigner aussi vos réseaux sociaux personnels. Si vous êtes ingénieur IT ou consultant digital, le chasseur de têtes s’attendra forcément à ce que vous soyez très présent sur le web et vérifiera tous vos réseaux. Soyez actif, constant et surtout modéré dans vos propos.

Tout ce que vous partagez sur le web doit permettre de créer une image uniforme pour que le recruteur ait envie de vous rencontrer. C’est pourquoi, vous n’oublierez pas de mettre en avant vos réalisations : applications, site internet, blog, activités associatives, etc.

Travailler sa pyramide de contacts

Si vous nous suivez sur Twitch et / ou sur Youtube, vous aurez peut-être assisté à notre live sur comment développer son réseau (il n’est pas trop tard sinon pour voir le replay).

Les relations que vous créez sont une porte d’entrée vers ce marché caché dont nous parlions en introduction. « Rome ne s’est pas bâtie en un jour ». Cela prend du temps de créer son réseau et encore plus de l’entretenir. Néanmoins, cet investissement est rentable.

La théorie des six degrés de séparation reprise dans les algorithmes des réseaux sociaux est plus vieille que l’informatique. Popularisée par le jeu des six degrés de Kevin Bacon sur Google, elle consiste à dire que tout individu serait lié à une autre personne par une chaîne de 6 intermédiaires maximum. En réalité, les études menées par les réseaux sociaux comme Facebook ou LinkedIn ont montré que nous étions plutôt à 3 ou 4 relations de notre personne cible. Un recruteur tombera peut-être sur votre profil par l’intermédiaire d’une relation commune. D’où l’intérêt de cultiver vos contacts. 

Nos experts vous délivrent les règles d’or pour bien réseauter :

  • Donner pour recevoir

Réseauter, ce n’est pas être centré sur soi, mais tourné vers l’autre. Avant de demander de l’aide, montrez-leur que vous pouvez les aider en apportant votre expertise ou vos propres relations.

  • Penser sur le long terme

Faites preuve de patience et de persévérance. Ne brusquez pas vos contacts au risque de vous fermer des portes au lieu d’en ouvrir.

  • Être ouvert à tout le monde

Voyez la personne, pas son entreprise ou son poste. Vous ne connaissez pas toutes ses relations et ne savez pas non plus ce qu’elle deviendra dans 5 ou 10 ans. Pour autant, cela n’aurait aucun sens d’avoir des milliers de contacts qui resteraient froids.
N’oubliez pas que le réseau s’entretient.

  • Être méthodique

Tout comme pour votre prospection, il vous faudra être organisé dans la gestion et dans le suivi de vos listes de contacts pour les mettre à jour et interagir avec vos relations aux moments opportuns. Identifiez les personnes qui comptent déjà et qui doivent être votre priorité absolue, mais aussi celles à potentiel avec lesquelles vous devez garder un contact étroit. Vous ne pouvez avoir la même stratégie ni fréquence de contact avec toutes vos relations, au risque de n’en dorloter aucune finalement.

Voilà, vous maîtrisez maintenant les principales astuces pour briller aux yeux des recruteurs. Pour autant cela ne vous dispense pas de la recherche concrète de mission à court terme. Vous voulez d’autres conseils ? Notre équipe recrutement vous proposera régulièrement des astuces pour faciliter la recherche de nouveaux projets.


Article coécrit par :

Maeva ELANA, Content Manager